Une histoire de passion,
unité, grands idéaux

Une histoire de passion,
unité, grands idéaux

Fondé en 1972,  l’histoire d’Euromobil est une histoire de cas dans le secteur de l’ameublement pour la maison et le bureau, exemplaire également dans le contexte des entreprises de Vénétie, qui ne manquent pourtant pas de modèles industriels de pointe. C’est en effet l’histoire d’une entreprise qui, partie d’une dimension et d’une mentalité artisanale, à partir de la deuxième moitié des années quatre-vingt, à travers la sagacité des choix  adoptés par les propriétaires, les Frères Antonio, Fiorenzo, Gaspare et Giancarlo Lucchetta, s’est profondément transformée, en s’agrandissant jusqu’à ce qu’elle devienne l’un des groupes industriels les plus importants sur le marché difficile de l’ameublement en modifiant le concept même de fabrique de meubles en le transformant en véritable centre de projets et de conseils pour l’ameublement , avec une production de cuisines personnalisées dans des délais absolument déterminés. Parmi les objectifs dont nous pouvons dire qu’ils ont été atteints, la première place est à l’optimisation du produit industriel d’ameublement, qui permet d’atteindre le rapport qualité/prix le plus équilibré.

Image

La famille comme entreprise
ante litteram

La famille comme entreprise
ante litteram

La Vénétie, terre de paysans et émigrants a longtemps été une grande zone désolée dominée par un système économique de type rural; où les grandes familles, organisées selon le système du matriarcat, partageaient tous les aspects de la vie et du travail, selon un modèle éthique basé sur la solidarité réciproque et la communion de tous les biens et les ressources.  Souvent, la figure centrale de la famille et ensuite de l’entreprise, était constituée par une femme: une mater familias avec la capacité et le pouvoir de tenir unis travail et exigences, manques et besoins, en collaborant avec le pater familias qui, à l’extérieur, la plupart du temps, improvisait un travail qui, bien souvent, a donné naissance aux petites, moyennes, grandes entreprises du futur.

La famille Lucchetta est née sur ce modèle et avec deux grands protagonistes, Luigi et Luigia, un mari et une femme, forts de neuf enfants, puis devenus huit, cinq garçons et quatre filles. Luigia gère la maison avec douceur et détermination;  Luigi travaille depuis l’âge de dix ans, c’est un enfant précoce, mais déjà un artisan aux mains d’or. Lorsqu’il touche le bois, il ne déçoit jamais pour les formes qu’il sait réaliser et façonner: son désir est que ses enfants sachent à leur tour créer leur propre espace, surtout depuis que le plus grand, Antonio commence à créer quelque chose en son nom. De la petite entreprise d’abord, le “Mobilificio Lucchetta Luigi & Figli”, commence une aventure émotionnante et incroyable qui est aujourd’hui la réalité du Groupe Euromobil.

De cette maison pleine de voix, de ces tablées où le père parle et les autres écoutent est né le feu d’une passion qui a transformé une petite réalité en une entreprise qui est l’un des points de force du nord-est laborieux. Cette famille de Vénétie a en quelque sorte l’art dans le sang et de là nait le désir de rencontrer les artistes, les peintres, les sculpteurs, avec les champions du sport. C’est l’échafaudage sur lequel construire une histoire de cas de communication qui est plutôt rare en Italie et dans le reste de l’Europe.

Groupe Euromobil:
De 1972 à aujourd'hui

  • 2009

    Publication monographie

    Publication monographie détails

    L’histoire des frères Lucchetta et de leur entreprise, mais surtout de leur aventure particulière dans le monde de l’art, du sport et du design, est racontée en un volume édité par Skira sous le titre “Gruppo Euromobil, un’impresa di design tra arte e sport” . Le volume qui contient parmi tant d’autres, les signatures d’Andrea Zanzotto, Philippe Daverio, Aldo Colonetti, Valentina Croci, Marco Goldin, Giampaolo Ormezzano, Mauro Pecchenino, Ignazio Roiter est accompagné par de splendides photos de Fulvio Roiter. Le Groupe Euromobil représente un cas probablement unique en Italie et peut-être en Europe, d’entreprise de moyenne dimension qui a cru dans la culture au point d’en faire l’instrument privilégié de son marketing international. La croissance du Groupe qui, même dans des périodes plutôt sombres pour le secteur du meuble, continue à obtenir d’excellents résultats, confirme l’efficacité de cette stratégie d’investissement.  Euromobil, avec une histoire typique du nord est italien, s’est transformé de menuiserie de famille à groupe industriel aujourd’hui présent, en position remarquable, sur le marché international. Le Groupe se distingue non seulement par le choix de signatures importantes du design international à côté de jeunes designers provenant de différents pays, mais aussi par la présence dans des activités culturelles de prestige. Il suffit de voir que ces dernières années, 360 expositions en Italie et dans le monde ont véhiculé une seule marque industrielle, celle du Groupe Euromobil des frères Antonio, Fiorenzo, Gaspare et Giancarlo Lucchetta. “Ce que nous voulons et que nous avons toujours voulu est de participer, vivre de l’intérieur, modeler les propositions culturelles que nous décidons de projeter ou d’appuyer. Ce qui nous intéresse est le contact direct avec les artistes, vivre leur créativité, participer à l’émotion du public des expositions. Nous sommes désireux de comprendre  à travers l’art, les nouveaux ferments ou la persistance de grandes certitudes, en faire une matière première pour nous et pour nos entreprises un facteur de croissance. Dans cette vision, l’art et la culture nous ont donné beaucoup et nous avons cherché à rendre en y investissant passion, ressources et énergie. Tout comme dans le sport auquel nous continuons à emprunter l’envie de gagner qu’ont nos huit Champions du Monde et les centaines d’athlètes de nos équipes.”

  • 2007

    Le Groupe Euromobil devient sponsor principal d’ArteFiera Bologna

    Le Groupe Euromobil devient sponsor principal d’ArteFiera Bologna détails

    Avec la participation à la manifestation Arte Fiera comme sponsor principal, le Groupe Euromobil commence à communiquer, de façon systématique et par les installations, l’alliance entre art et  design. On a décidé d’étudier une contribution créative et valorisante aussi bien pour l’entreprise que pour la même manifestation. En 2007, le Groupe a choisi de ne pas présenter des produits mais de communiquer son engagement dans la promotion artistique. Des totems d’expositions, qui délimitaient la zone d’installation, montraient “Les lieux de l’art” où l’entreprise a soutenu des évènements artistiques, alors  que des vidéos au centre projetaient des contributions critiques pour expliquer le rapport entre art et entreprise. Dans une de ces interventions, Philippe Daverio a soutenu que “les frères Lucchetta ont compris que l’entreprise peut faire du bien à l’art, mais que l’art fait du bien à l’entreprise parce qu’elle génère la  corporate identity. Et  maintenant que la compétition s’ouvre à l’heureuse dimension de la globalité, il devient nécessaire non seulement d’être excellents mais de se présenter comme uniques. Pour faire entendre notre spécificité, l’art s’avère être l’instrument idéal et le musée se transforme de gymnase pour le chercheur solitaire en lieu de rencontre où se modèle la communauté de demain ".

     

  • 2002

    Inauguration showroom

    Inauguration showroom détails

    Le nouveau showroom situé à l’intérieur de l’établissement productif de Falzè di Piave (Trévise) fut inauguré en 2002. Cet espace est finalisé à la présentation aux revendeurs des produits du Groupe. Dans le showroom, la zone workshop dédiée au Projet Multisystem est fondamentale, elle montre les échantillons de tous les plateaux dessus, dossiers, portes et éléments muraux. Ces derniers peuvent être pris et logés dans un meuble prévu à cet effet, qui consiste en un squelette structurel et qui permet de visualiser l’effet de leur combinaison.

  • 1999

    Communication et image

    Communication et image détails

    Dans les années quatre-vingt-dix, l’entreprise a renforcé ses investissements dans la publicité institutionnelle, c’est à dire dans la promotion d’évènements d’art et sportifs et dans la présence aux foires de secteur. Pour cette raison, le Groupe a fait appel à la collaboration de l’agence Verba DDB et de Gianfranco Marabelli, qui s’est occupé de la communication institutionnelle à partir de l’année 1999. Enfin, après la Bianchi & Kerrigan, depuis l’année 2004, le Groupe est suivi dans son image par l’agence ValentiniCesarottiAssociati. C’est également à cette époque qu’a commencé la collaboration avec le photographe Ezio Prandini. Il était plus important de faire comprendre la philosophie et la vocation d’entreprise que de promouvoir les produits seuls. Les initiatives culturelles étaient destinées à transmettre le message que, dans l’art et dans le sport, le Groupe Euromobil était porteur des mêmes valeurs à la base des valeurs profondes de l’industrie

  • 1999

    Nouvel espace d’exposition

    Nouvel espace d’exposition détails
    La Filanda est une ancienne zone industrielle de 2500 m², transformée en espace pour services photographiques ou installations temporaires. Elle a été achetée en 1994 lorsque les activités de communication des différentes marques se faisaient plus intenses et programmées et qu’il n’était plus possible de se fier à des services photographiques extérieurs.
  • 1998

    Forum

    Forum détails
    Le Forum à l’intérieur de l’usine de Falzè di Piave est inauguré en 1998. Cet espace est articulé en plusieurs salles et contient un auditorium de plus de cent places. Le Forum est un instrument important pour l’entreprise parce qu’il facilite la formation du personnel, surtout des vendeurs, auxquels le Groupe s’est dédié avec constance. La proximité du Forum au showroom permet en outre de voir et comprendre les différentes applications des produits.
  • 1995

    Projet Multisystem

    Projet Multisystem détails
    L’informatisation et la gestion intégrée des commandes sont à la base du Projet Multisystem. Au milieu des années quatre-vingt-dix, Euromobil était en mesure de revoir les commandes immédiatement via modem à travers le réseau téléphonique et donc de les traiter avec un passage direct de l’ordinateur du point de vente au système informatique de l’entreprise. Cette procédure éliminait les erreurs de transmission et accélérait la communication, en permettant de fournir au revendeur aussi bien la confirmation de la commande que l’indication des délais de livraison. De cette façon, on offrait le même service même dans des contextes de vente de petit ou moyen volume ou à l’étranger. L’application du programme informatique ADA permettait de projeter un produit ad hoc, et était la carte gagnante pour un marché qui demandait des solutions personnalisées. Comme affirmé, la bonne gestion a permis d’atteindre un niveau élevé d’efficacité productive et de conformer les investissements en relation directe aussi bien avec les ressources du Groupe, qu’avec les demandes effectives du marché. Dans la mesure où l’offre au client s’était transformée de pur produit à une série de services, Euromobil a mené une activité de formation du réseau de ventes. Les agents se convertissent de simples vendeurs à consultants de marketing, en mesure de mettre en évidence les transversalités entre les différentes marques, sans raisonner en compartiments étanches mais par typologies d’ameublement. Chez Euromobil, on commence à repenser la déclinaison de l’offre, les modalités d’exposition des produits sur les points de vente et l’activité d’assistance au vendeur.
  • 1995

    Désirée s’ajoute au groupe

    Désirée s’ajoute au groupe détails
    En 1995, le Groupe Euromobil acquiert La Désirée, une entreprise du secteur des meubles rembourrés située à Tezze di Piave, qui existait depuis 1968. Cette réalité, dont le nom a été maintenu, jouissait d’une bonne image sur le marché, mais l’usine avait un caractère encore artisanal. L’acquisition répondait à la nécessité de décliner une offre complète d’ameublements pour la maison, dans laquelle exprimer la philosophie univoque du Groupe Euromobil, tout comme la vocation industrielle dans la fabrication des produits. Pour cette raison, La Désirée a fait l’objet d’une activité complexe de réorganisation d’un côté des installations de productions, de l’autre des logiques de gestion, de distribution et de vente. Un programme de formation pour le personnel a été mis en œuvre, de façon à ce que la production et le positionnement de Désirée soit cohérent avec celui de Zalf et Euromobil dans la tranche moyenne-haute/haute du marché. Ce processus a été graduel dans les années et a coïncidé, à la fin des années quatre-vingt-dix, avec l’agrandissement et la restructuration des unités de production, et aujourd’hui avec la projettation de modèles exclusifs, certains brevetés, et les collaborations avec les jeunes designers Edoardo Gherardi, Jai Jalan et Andrea Lucatello, et l’illustre Marc Sadler.
  • 1993

    Projet solution de Zalf

    Projet solution de Zalf détails
    Dans les années quatre-vingt-dix, le Groupe Euromobil a renforcé le secteur de la zone jour. Ce choix a été également favorisé par les améliorations dans la technologie du mélaminique qui en ont fait un produit plus résistant et avec de meilleures finitions. Avant le développement du Projet Solution, on a travaillé sur l’esthétique des produits et sur les automatismes, éléments qui distinguent le produit Zalf surtout dans les chambres d’enfants. Un produit de grand succès, aujourd’hui intégré dans le Projet Solution, a été la boiserie Oh!razio, développée par l’unité Recherche et Développement Zalf avec Roberto Gobbo à partir de 1993. La dénomination “Razio” indique la rationalité de la modularité: en effet, la boiserie a donné le feu vert à une série d’applications jusqu’à maintenant inexplorées. À celles-ci, peuvent être accrochées les tablettes et tous les éléments d’ameublement –lits, bureaux et systèmes coulissants. C’est le premier exemple de paroi structurelle à partir de laquelle ont été développés tous les systèmes coulissants sur rail qui ont permis une projettation créative surtout dans les espaces pour enfants. Oh!razio est modulable et peut être utilisé partiellement, même seulement comme tête de lit, ou en grandes extensions pour organiser des parois entières avec des espaces de rangement fixes, suspendus ou au sol, des lits et des bureaux coulissants sur rails, situés aussi bien en position parallèle qu’orthogonale par rapport à la boiserie.
  • 1992

    Salon du meuble Triveneto

    Salon du meuble Triveneto détails
    La participation au salon du meuble de Triveneto (Vérone 1992) marque un tournant pour le Groupe Euromobil, également pour son image: un stand d 1000 m², subdivisé en quatre volumes comme le volume central le plus haut. Ce volume est dédié à la réception et constitue une sorte de portail d’accès dans le monde du Groupe. Dans la réception, sont présentes les œuvres de Carmelo Zotti et l’atmosphère est celle d’une galerie d’art.
  • 1990

    Expansion unités de production

    Expansion unités de production détails
    Entre la fin des années quatre-vingt et le début de la décennie successive, le Groupe Euromobil annonce l’expansion des unités de production. Zalf a atteint en 1990 une superficie de bâtiments de 15.000 m². Cet agrandissement a été la conséquence de la réorganisation globale du cycle de production qui, avec les nouvelles machines à contrôle numérique, a doublé la production journalière. Chez Euromobil, en revanche, s’est dressée, à côté du bâtiment qui contient les installations, une nouvelle structure consacrée au showroom, au nouvel entrepôt et aux bureaux de projettation pour une zone globale couverte de 26.000 m². Dans la communication de l’agrandissement d’entreprise, on souligne l’importance de la restructuration des bureaux. Ces espaces de travail, réalisés selon des principes de confort, rationalité et efficacité, prennent dans cette période une grande importance, étant donné que le système de la production a été unifié et centralisé au moyen du système informatique: usine, administration et service commercial, réseau de vente et clients communiquent aujourd’hui en temps réel.
  • 1988

    Cuisine Vanity

    Cuisine Vanity détails
    Le modèle qui pendant cette décennie incorpore toutes les nouveautés qui ont ensuite mené Euromobil vers le repositionnement de marché avec le Projet Multisystem a été la cuisine Vanity, projetée en 1988, période pendant laquelle le Groupe a institué les unités de Recherche et Développement (R&S) pour les différentes marques, avec lesquelles ont collaboré de façon continue, entre autres, Roberto Gobbo et Domenico Paolucci. Le Groupe a donc misé surtout sur le design. La porte lisse de Vanity a fait de l’espace à la projettation des systèmes modulables et à l’assemblage de matériaux différents. Vanity a porté non seulement une plus grande attention à la question spatiale, mais également à l’idée de cuisine-laboratoire. Les zones pour la préparation et la conservation de la nourriture prennent une grande importance, avec une attention à l’ergonomie et aux dernières innovations dans le secteur des appareils électroménagers. Vanity est tout de suite présenté comme étant un produit de niveau supérieur d’un point de vue aussi bien technologique (large gamme d’accessoires et équipements) qu’esthétique.
  • 1985

    Euronews

    Euronews détails
    En 1985, Le Groupe a décidé d’investir sur une autre publication: “Euronews”, qui déjà à travers le nom voulait communiquer un signal fort de changement et souligner la transformation culturelle et productive de l’entreprise. Le sous-titre de la publication, “Ameublement, Art, Information, Sport”, indiquait les intérêts du Groupe et les investissements futurs. “Euronews” fut publié jusqu’à l’année 2000 et distribué à six-mille clients, revendeurs et fournisseurs. Le corps de la revue contenait des produits sur les produits, des conseils de fiscaliste comme dans la “La Pialla”, mais les contenus se démarquaient des questions sur la situation économique du Pays et des problèmes de production au niveau local. Dans “Euronews”, on donnait beaucoup d’espace aux campagnes publicitaires du Groupe et à la communication des investissements promotionnels, non seulement comme campagnes institutionnelles et planifications publicitaires sur les différents médias, mais également comme catalogues et nouveaux instruments de vente. La revue rapportait également les innovations technologiques sur lesquels le Groupe Euromobil avait investi, comme l’agrandissement des structures de production, le programme ADA ou l’installation du téléfax (1986), ou bien l’extension du logiciel ADA à la projettation des points de vente (1993) et le numéro vert pour les clients (1995).
  • 1982

    L'informatisation du processus productif

    L'informatisation du processus productif détails
    La transformation de la cuisine d’éléments fixes à systèmes variables a entrainé que l’on ne fabrique plus à “stocks finis”, mais sur ce qui est vendu. Ainsi, depuis la première moitié des années quatre-vingt, chez Euromobil se sont réorganisés la comptabilité industrielle et tout le cycle de production à travers de nouveaux mécanismes de gestion. De la liste de base fixe, qui correspondait à une série de fiches qui décrivaient chaque composant du meuble, on est passé à la “liste de base neutre” gérée par le système informatique AS400, projetée en 1982 et mise en œuvre en 1985. La liste de base neutre a donc permis une grande flexibilité par rapport aux commandes et l’utilisation d’un instrument commun à toutes les phases de production. Au cours de ces années, le Groupe Euromobil a investi sur des machines flexibles à contrôle numérique et sur l’informatisation de toute la logistique, en mettant en place un processus toujours actif.
  • 1974

    Zalf

    Zalf détails
    L'entreprise Zalf est née en 1974 depuis la structure précédente. Au moment de l’acquisition, Zalf était une réalité de 3500 m² sur 10.000 m² de terrain, mais toute la ligne de production a été refaite à neuf avec un investissement remarquable. L’entreprise s’est imposée depuis le début dans le secteur des chambres pour enfants, secteur de production sur lequel il est à présent leader, pour s’ouvrir au début des années quatre-vingt également au secteur du living avec des systèmes de rangements, armoires, bibliothèques et solutions pour bureaux. Le secteur du living était dès le début un terrain d’approche de l’entreprise, mais pendant les années soixante-dix, il s’agit surtout de tentatives pour ambiances de résidences ou maisons de vacances. Déjà depuis l’acquisition de Zalf, on déduit que dans la politique d’expansion du Groupe Euromobil, il y avait l’idée de créer des synergies entre les différents marchés d’ameublement, en mesure de fournir une déclinaison d’offre complète pour toutes les ambiances de la maison.
  • 1974

    House Organ "La Pialla"

    House Organ détails
    "La Pialla", publiée par le Groupe Euromobil de 1974 à 1984 est réalisée par l’agence de communication Pimex de Padoue et a représenté une modalité pour communiquer les initiatives de l’entreprise et l’évolution des produits aux fournisseurs, aux revendeurs et au client final. C’était surtout un instrument de communication vers le point de vente. "La Pialla" n’était pas seulement un ensemble de pages de publicités ou de publi-informations sur les produits, mais a également représenté l’humeur d’une époque et les problématiques liées à la filière productive. Un autre espace thématique singulier à l’intérieur de "La Pialla" était la page dédiée à la musicologie, qui a ensuite laissé la place aux leçons d’histoire de l’art, à la rubrique “savoir voir” et aux profils des artistes que le Groupe Euromobil promouvait directement. L'ouverture à la musicologie, tout comme l’art, témoigne du désir du Groupe de transmettre de la culture à trois-cent- soixante degrés.
  • 1972

    Euromobil

    Euromobil détails

    En 1972, les frères Lucchetta acquièrent le site d’une usine préexistante sur un terrain de 17.000 m² et avec une structure brute de 4000 m². Cette usine a été entièrement structurée pour loger les nouvelles machines pour la production en série des cuisines et est aujourd’hui le siège d’Euromobil. Aussi bien la gestion de la comptabilité que l’organisation de l’usine fonctionnaient selon des logiques structurées: la chaîne de production et le parcours des semi-ouvrés dans les différentes machines étaient installés selon des grilles orthogonales, de façon à optimiser l’espace et réduire les risques pour les ouvriers. Comme le soutient Gaspare Lucchetta, “Ordre et propreté génèrent l’autodiscipline!”.